Search
  • Rachelle Innocent

Définir l'humanité : Revendiquer l'amour de soi

Dans un monde où la production et l’efficacité compte pour tous, nous considérons souvent les individus comme des unités de production.

Dans quel regard ?


Prenons-nous les entreprises pour l’exemple primaire ; nous faisons références aux gens comme les capitaux humaines, et nous les décrivons à l’aide d’un vernaculaire basé sur la machine.


Pas de critique dans quoi que sens. Je célèbre l’art littéraire impliqué dans la description de la vie avec des elements de la technologie et les innovations numériques qui nous entourent. Tout en disant, nous avons tout simplement réduit la manière de parler de notre vie à la quotidienne avec les systèmes, les processus, et les problématiques de données.


Sans intention, un sur-effet de nos analogies étant influencé par la technologie, nous avons adoptés une manière de communication qui est en train d’effacer l’essence de ce qui nous rend humains.


Mais, vous êtes en train d’exagéré, non ?

Cela peut ressemble comme une exaggeration, mais je vous pousse a refléter sur votre façon que vous communiquer sur vos expériences. Si vous vous avez déjà décrit comme être sur pilot automatique, ceci compte comme point réussi pour ma position sur le sujet.


Plutôt que de nous voir au travers une lentille existentielle, nous sommes en train d’adopter une perception de soi d’ automaton biologique. Nos expériences humaines à nous et notre raison d’être en manière générale ce traduisent rarement au delà de nos experiences sensorielle, où devrais-je dire, nos entrées sensorielle.


La philosophie linguistique parle du fait que la langue s’évolue avec les technologies de l’ère. Les nouvelles technologies et innovations s’entremêle dans nos orations et joue dans nos expressions idiomatiques. La langage informe ce que nous valorisons et ce que nous ne valorisons pas. Des fois la perte en valeur est implicite au lieu d’être explicite, et est senti plutôt que discursive.

Même si je comprend que dans les environs de travaille je suis vu comme une ressource valable. Une unité, un effectif, un employé, un identité employé, prenez votre choix, nous utilisons tout autre mot que humain, ou même personne. Notre manière de communiquer nous déshumanise ce qui rend les décisions qui ont des mauvaises impacts sur les salariés plus facile a prendre. La tragédie en tout ça est que inconsciemment, nos paroles crées des distorsions perceptives, et nous commençons à nous déshumaniser au travail et dans notre vie personnelle.


Vous me croyez pas ?


Chaque an environ 4000 canadiens ce suicident - un moyen de presque 11 suicides par jour basées sur les statistiques de CAMH. Cela impact les personnes de tous les âges au travers tous les milieux.


Malgré les statistiques alarmantes de santé mentale, nous continuons à chanté l’anthem de soins de soi fortement et avec beaucoup d’enthousiasme, mais pour moi ça sonne superficiel. Je peux me mettre un soin pour le visage et aller faire une pédicure, et même si ça me fait de bien dans le moment, cela ne veut pas dire que j’aime soi. Beaucoup de gens se livrent à des rituels de beauté et sont toujours incapable de se débarrasser de la haine de soi.


Alors que la haine de soi n’est pas carrément le produit de la déshumanisation de soi, c’est plus au moins l’effet. En dévaluant l’humanité de l’autre nous sommes en train de dévaluer nous memes. L’amour de soi, veut dire reconnaitre que vous êtes plus que les écrous et boulons. Valorisant soi veut dire valoriser l’essence de soi et valoriser ce que vous apporter au monde qui vous entour.


Personnellement, je vois que l’amour de soi est très important. Avoir un sense intrinsèque de votre valeur. Ce qui n’est pas basée sur les elements externes, vous vous valorise pour qui vous êtes. Comme vous êtes, unique en soi. Néanmoins, cet concept est loin d’être la norme, et c’est plutôt vu comme la rêve inatteignable.


Vous me croyez pas ? Même encore ? Voici plus des statistiques de CAMH:

  • Les adolescents autochtones meurent par suicide environ 5 à 6 fois plus souvent que les adolescent non-autochtones. Les taux de suicide pour les jeunes inuit sont parmi les plus haut du monde, à 11 fois plus que le moyen national.


  • 35% des étudiants de l’école secondaire indique un niveau modéré à très sérieux de détresse psychologique. En tout, 48% de nos jeunes nous disent que ce ne va pas.


L’idéation suicidaire et les autres enjeux de santé mental ne présente pas que en adolescence, penser autrement est une erreur. C’est plus possible que les schémas de pensées ont commencés dans l’enfance et on devenu plus sévère avec le temps.


Vous dîtes quoi, alors ?


Nous devons commencer à célébrer l’humanité. Tous ce qui est belle en être imparfaitement humain. Nous avons l’épanouissement et les revers, les réussites et les défaillances, les gagnes et les pertes. Nous devons retourner à valoriser le développement intellectuel et le développement du caractère pour que les personnes puissent cultiver la persévérance et la force. Aussi, les gens peuvent commencer à reconnaitre leurs valeurs ce qui n’est pas basées sur ce que nous voyons, c’est liées à notre essence comme humain.


Le soin de soi n’est pas un remplacement de l’amour de soi, et je penses que la plupart des gens sont confus sur le sujet. Encore, un soin pour le visage ne vas pas sortir les traumatismes et les peines que la vie nous avons apportés. Si vous focaliser sur le concept en soi, et vous focaliser sur la construction d’une vision saine de soi, vous allez dans la bonne direction.


Les enfants apprennent leurs rites de l’amour de soi avec l’observation. Bien sûr vous pouvez leurs dire qu’ils doivent s’aimer. Mais, qu’est-ce que ca veut dire exactement ? Spécialement si beaucoup de vos comportement envers vous même son rempli avec l’autocritique ?

Si vous dites à votre fille ou fils d’aimer soi et qu’elles/ils sont jolies/beaux, mais quand vous vous regardez dans le miroir et vous vous appels des mots dur… quels des actions portes plus de poids en cultivants leurs perception de soi ?


Je crois que l’amour de soi c’est la médecine, et pas que pour les enfants que nous élevons, mai aussi pour les parents qui sont en train de les élevés.

Je ferme avec c’est mots : t’aimes toi même.

11 views

2018-2020 by Project Purpose Incorporated ©

  • Instagram Handle