top of page

La démarcation entre la civilité et la passivité: trouvez votre voix

Updated: Aug 28, 2022

Où tracer, enfin, la ligne ?


Nous devenons pliables et accommodants, toute en effort de nous présenter comme des personnes aimables.

Anticipant les actions et réactions, les gestes invisibles de notre part, commises avec beaucoup de considération, toute en mettant de tension émotionnel sur nous mêmes comme résultat des gymnastiques mentales que nous faisons, plusieurs fois par jour.


Espérant d’être reconnu pour notre générosité d’esprit.


Nous laissons allez les insultes, encore avec la deuxième et la troisième insulte, rationalisant à nous mêmes qu’il a un raison plus profond derrière les comportements des autres qui nous blesses, qui nous claque, et qui sont commises avec l’intention de faire du mal.


Nous lâchons prises.


Pour être reconnu, apprécié et estimé.


Nous nous élevons au-dessus.


Si, vous avez raison. Bien que, c’est la base de civilité, n’est-ce pas ? Pas de raison pour prendre les mauvaises comportement des autres personnellement, ou de faire en toute une histoire si quelqu’un fait une blague qui ce ne fait pas. C’est mieux de s’en ficher, est-ce que je veux dire !


Personne ne nous dises que la meilleur façon de perde du vue sur soi, sur notre valeur, est souvent accompli avec les meilleurs d’intentions.


Nous avons l’intention de nous mettre au-delà des interactions non-productives, et en ce faire, nous échouons à préconiser nos limites à la base.


Nous avons l’intention de lâcher prises, et en répondant de tel façon nous faisons signe à nous mêmes et les autres, de notre sens de valeur.


Beaucoup est perdu en traduction, quand nous laissons allez les comportements qui blessent, qui diminuent, et qui essaient de nous silencer… à continuer.


Tout avec l’intention d’apparaitre aimable.

Il n’existe pas de ligne qui s’affirme que nous ne sommes plus en train de répondre alignés avec notre soi supérieur, plutôt, nous sommes en train de détruire notre sens de dignité, morale et valeur.


Toute en disant, la ligne elle existe.


Nous traversons cette ligne beaucoup trop souvent.


Bien, vous avez raison, il existe une ligne et oui, ce n’est pas juste si je suis la seule à concéder et à laisser faire et monter à l’hauteur… mais c’est quoi vos alternatives ? Des fois, c’est scénarios sont tel que cela arrive avec les collègues, la famille, et les managers… bien que j’adore le sentiment poétique que vous communique, même plus que les autres, il en a des coûts et des risques qui sont associés qu'en prendront la parole, qui sont souvent trop haut.


C’est qu’est-ce que nous disons à soi.


Pour justifier le fait que nous attribuons aux circonstances plus de valeur qu'à notre sens de dignité et sens de valeur de soi.


Est-ce que c'est notre crainte des changements, la résistance et disruption, qui est tellement élevé que nous nous laissons à devenir petit pour accommoder ce qui est familier, meme si cela est démotivante ?


Beaucoup entre nous sont tellement désensibiliser aux mauvaises traitement que les autres nous rendons, que nous sommes aveugle face à notre capacité à répondre, nous nous sentons l’incertitude et ne sais pas comment focaliser sur notre préservation.


Sachant que nous sommes la meilleur et le plus informé allié pour nous mêmes que nous puisses en avoir, seulement si nous développons le courage pour nous défendre.

Nous sommes silencer par notre crainte de conséquence et l’inconnu.

Forcement, avec tous ces challenges et surprises, l’inconnu tient pour nous une réalité que nous jouons un rôle pour en créer.

Une réalité où c’est nous qui gouverne, qui décide et choisis, ce qui est mieux pour nous, basée sur la style d’environnement et contexte que nous savons porte à notre épanouissement.


Choisissant à nous nous mettre avec les personnes et les endroits, qui nous soutient, qui nous nourrisses et qui nous encourages à être qui nous sommes et qui nous sommes en train de devenir.


Donnant à nous même la permission de développer, hors le confinement des perceptions des autres sur qui nous sommes et peut devenir.

Pourtant, nous avons besoin de porter le parole et d'embracer notre unicité.

Aucune pénalité est pire que le sentiment de regret et honte que nous souffrons, quand nous pensons sur notre propre silence en réponse des mauvaises traitement des autres.

Alors, tracer votre ligne, et tenez vous comptable.


Alignez-vous avec votre sens d’amour de soi, force interne et vérité.


Montez-vous à l’hauteur de l’occasion.








Comments


bottom of page