top of page

La désire de protéger - les leçons sur l’autonomisation

Updated: Aug 28, 2022

Désirer de soutenir ceux selon qui nous aimons, c’est naturelle.


À monter à leur défense et les protéger des dangers ou des blessures.


Combien entre nous considères que, aux degrés variées, protéger quelqu’un que nous aimons, cela traduit en notre inaction ?


Vous m’avez complètement perdu. Comment puis-je créer une connexion entre le vouloir de protéger ceux que je tiens au coeurs, étant que j’ai les outils et les ressources d’offre ma protection, et je décide, en tout conscience, de rien faire ?


Tandis que les situations et contextes vont varier, et c’est à vous d’utiliser votre discrétion, mais souvent, nous nous trouvons la force de réagir quand les autres, les gens qui nous entoures, ne réagissent pas. C’est dans ces situations et circonstances qui nous portes à cultiver une conscience en nous mêmes, de tout ce que nous pouvons vraiment accomplir.

Les véritables challenges que nous allons porter face dans la vie, qui donne l’impression que nous n'avons pas les aptitudes nécessaires pour faire face, de s’adapter, c'est ces moments qui nous sert l’opportunité de saisir l’occasion.


Mal équipés et non préparés, nous réagissons.


Lorsque nous sommes confrontés à une menace, et nous nous trouvons seules à gérer la situation — c’est là que nous avons l’occasion d’apprendre que nous avons toujours eu l’option en main à dépendre sur soi.


Cultiver l’auto-suffisance en ceux que je tiens au coeur, je suis tout à fait d’accord…, tout en disant, je sais quand on a besoin de moi. J’aime encore me sentir utile… Je voudrais me rassurer que je suis la tel personne à qui vous pouvez dépendre, que je suis fiable ! Je n’ai jamais considéré que le fait que je restes disponible pour aider et d’être responsif, empêche les autres de developper l’autosuffisance.


C'est une tragédie non-parlée, en tout qui ne développons pas une conscience de leurs capacité de se soutenir, se protéger, et s'autonomiser.


Beaucoup entre nous reste encore à découvrir, qui nous pouvons devenir, car nous sommes bloquer par notre conception de l’impuissance apprise. Jamais réalisant que la sentiment de l’impuissance apprise que nous portons, c’est une effet de notre socialisation et conditionnement - ce n’est pas un trait inhérent.


Nous avons besoin de l’espace pour nous tenir sur nos propres pieds, pour bien comprendre que nous pouvons et nous avons eu toujours la capacité de se tenir sur nos propres deux pieds.


Alors, nous nous demandons, à quel point est-ce que nous sommes en train de créer des dépendances en ceux que nous soutenons, tout en effet, diminuant leurs sens de capacité de dépendre sur soi ?


Dans une sens plus élargir, comment puis-que nous pouvons nous assurer, que notre besoin de défendre ceux que nous gardons à coeur, ne cannibalise pas sur leur développement de confiance en soi et leur sens de force qu’ils ou elles peuvent aussi dépendre sur soi ?


En terme de la juxtaposition entre la validation de notre besoin d’être utile et fiable, et leurs besoins de cultiver l’auto-suffisance, laquelle entre les deux est-ce-que nos actions et décisions satisfaire plus ?


Vous demandés dans questions provocantes … je ne sais pas pourquoi je me sens défensif, mais c’est important que vous comprenez que tout ce que je fait, c’est par ce que je veux le mieux pour tout inclus. Je n’ai jamais considérés que ma besoin l’être utile accroche sur la capacité de developper l’auto-suffisance des les autres…


Désirer de soutenir ceux selon qui nous aimons, c’est naturelle.


Bien que, des fois, la protection se traduise en permettant des experiences, y compris ceux qui sont douloureuse, mais qui nous aiderons à cultiver notre conscience d’être capable à surmonter les challenges. De dépasser notre point de rupture, et de savoir que nous allons survivre — c’est en fait, en tout vérité, requis dans le procès de devenir.


Des fois être protective laisse l’occasion pour monter des expériences difficiles, qui amènes des rejets et la déception, tout en montrant que nous ne sommes pas définis par les échecs, plutôt, c’est cela qui informent notre sens de caractère et qui nourrisse notre espoir pour des possibilités meilleurs et plus brillantes au devant.


Tout commence avec nos considérations sur les façons que nous estimons à soutenir, protéger et autonomiser les uns et les autres.


Être présent, sans la besoin de cultiver des dépendances, nourrisse l’auto-suffisance, au travers nos paroles d’encouragement et la confiance discret que notre inaction communique :


Je crois dans votre capacité d’accomplir c’est défis toute seule.


Choisissons tous des comportement qui cultive le cran, la persévérance et l’adaptabilité dans les jeunes, tout en apprenants aux jeunes, qu’ils et elles portent en eux mêmes la capacité de se soutenir, se protéger et s’autonomiser.






10 views

Recent Posts

See All

Kommentare


bottom of page